Summary

Le projet Petits mammifères de Bamako a démarré en juillet 2021 par des opérations de piégeage dans un quartier de la périphérie nord-est, Dogobala . Il est porté par Laurent Granjon, chercheur IRD (UMR CBGP Montpellier) et Solimane Ag Atteynine, chercheur IER (CRRA, Sotuba, Bamako).

Le projet sur les Petits mamifères de Bamako à deux objectif :

Objectif général :
  • Caractériser la communauté de petits mammifères du district de Bamako et ses environs immédiats, et les parasites qu’ils hébergent.
Objectifs spécifiques :
  •  Inventorier les rongeurs et insectivores commensaux de la ville de Bamako par piégeage dans un ensemble de quartiers représentatifs de la diversité du paysage urbain.
  • Comprendre les déterminants de la présence des espèces recensées, en fonction des caractéristiques locales de l’habitat urbain (collab. M. Bertrand, UMR CESSMA).
  • Evaluer la part relative des espèces invasives (rats, Rattus rattus et Rattus norvegicus, et souris domestique, Mus musculus) et natives (Mastomys sp., Arvicanthis sp., Crocidura sp…) au sein des communautés de petits mammifères capturés.
  •  Décrire un certain nombre de communautés parasitaires (ectoparasites, vers parasites intestinaux, micro-organismes) à partir des prélèvements réalisés sur les petits mammifères capturés.

A partir de là, un objectif intégrateur sera de constituer une base de données sur les petits mammifères et leurs parasites et pathogènes dans une ville où cette information n’a jamais été collectée de façon systématique, et de la mettre autant que possible à la disposition des collègues, partenaires et utilisateurs potentiels des données en question.

Avancement du projet

Le Projet a concrètement démarré en juillet 2021 par des opérations de piégeage dans un quartier de la périphérie nord-est, Dogobala, entre octobre et décembre il s’est poursuivi par des piégeages standardisés dans quatre quartiers du district de Bamako, Sotuba (Commune I), Niaréla (Commune II), Ouolofobougou (Commune III) et Lafiabougou (Commune IV). Toutes ces opérations ont été réalisées avec l’accord de l’Institut National de la Santé Publique quant aux protocoles mis en œuvre, et celui de la Direction Nationale des Eaux et Forêts en tant qu’autorité en charge de la mise en application du protocole de Nagoya au Mali. Dans ces quartiers urbains, une centaine de petits mammifères a été capturée à chaque occasion, avec une dominance très nette de rongeurs invasifs exotiques (souris domestique Mus musculus, rat brun Rattus norvegicus et rat noir Rattus rattus), les petits mammifères natifs étant essentiellement représentés par des musaraignes (Crocidura olivieri) et quelques rats à mamelles multiples (Mastomys natalensis). Des prélèvements variés (ectoparasites, tube digestif, sang, organes) ont été systématiquement réalisés en vue d’analyses de laboratoire ultérieures.

Les piégeages standardisés vont se poursuivre entre février et avril dans les quartiers de Badalabougou (Commune V), Missabougou (Commune VI), Fadjiguila (Commune I) et Hippodrome (Commune II). Entretemps, des échantillonnages ciblés autour de collecteurs principaux d’eaux usées ont été effectués à Lafiabougou, Médina-Coura et Banconi, dans un but de recherche ciblée de pathogènes zoonotiques liés à l’eau (collaboration avec le LBMA de la faculté des Sciences et Techniques).

Bailleurs:

  • IRD (MLD + crédits récurrents)

Partenaires :

  • Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée (LBMA), USTTB