Summary

Tasnime Adamjy, Philippe Gauthier et Gauthier Dobigny (UMR CBGP) sont à Cotonou du 10 au 18 mars 2022 dans le cadre du projet de la Plateforme Portuaire de Surveillance Environnementale inaugurée à Cotonou début décembre.

Leur séjour a été l'objet d'un atelier (14 et 15 mars) destiné à sensibiliser les acteurs portuaires et para-portuaires ainsi que certains acteurs étatiques aux enjeux socio-environnementaux des invasions biologiques, ainsi que du rôle crucial que peuvent et doivent jouer les points d'entrée du territoire béninois (dont le Port Autonome de Cotonou) dans leurs gestions (surveillance et contrôle).

Présentation de Gauthier DOBIGNY

Gauthier Dobigny a présenté aux participants les impacts des espèces envahissantes en matière de biodiversité, de sécurité alimentaire, de santé publique et animale et de coûts économiques. Tasnime Adamjy a ensuite rappelé l'existence et le principe des grands textes béninois et internationaux sensés contraindre les opérateurs et les états à s'impliquer dans la lutte contre les bio-invasions. Puis G. Dobigny a présenté l'ensemble des résultats scientifiques (ex. aspects économiques, santé humaine et opérationnels liés aux rongeurs invasifs dans le port) obtenus par l'IRD et ses partenaires de l'EPAC (coord. Gualbert Houéménou, resp. Scientifique de la PPSE) ces dernières années. Mme Arlette Tchabi, responsable du Service Environnement du PAC et G. Dobigny ont ensuite expliqué l'origine, l'organisation et les objectifs de la PPSE ainsi que les outils dont elle dispose pour accompagner les différents acteurs socio-économiques à gérer les espèces envahissantes dans l'espace portuaire.

Présentation de Tasnime ADAMJY

Enfin, une visite des nouveaux locaux de la PPSE a été organisée de façon : les doctorants et postdoctorants de la PPSE (supervisés techniquement par Philippe Gauthier venu compléter leur formation), financés par ENABEL, ont pu détailler les différentes opérations de terrain, expérimentales (taxonomie des rongeurs, des insectes et des micro-organismes marin, microscopie, sérologie et génétique) et de gestion des données que ce nouveau laboratoire portuaire co-animé par des experts académiques béninois de l'EPAC, du CREC et de l'IITA peut assurer.

Intevention de Mme Arlette TCHABI

Les derniers jours de la mission ont été mis à profit pour faire le point des différents chantiers liés à la mise en place de la PPSE (ex. optimisation de protocoles, suivi de la gestion financière, bilan des procédures de fonctionnement, etc), ainsi qu'au projet SCARIA mené à Ladji, un quartier défavorisé de Cotonou, par les chercheurs du CBGP et qui vise à co-construire une lutte communautaire contre les rongeurs nuisibles aux ménages et à la santé publique.

Réunion avec les acteurs du projet SCARIA

 

Aller plus loin :